PrintEnvoyez la page

Etude et conservation des instruments Ruckers du mim

Fonds  Baillet LatourLes collections du mim comptent 18 clavecins et virginals à la signature des Ruckers, ceux-ci étant au clavecin ce que Stradivarius fut au violon. Ces 18 instruments constituent la plus importante collection au monde d'instruments Ruckers, un patrimoine emblématique de l'extrême savoir-faire flamand en matière de facture d'instruments de musique. À partir de la fin du XVIe siècle en effet, un nom domine toute la facture du clavecin, celui des Ruckers. Leur influence est prépondérante; leur renommée considérable, dépassant les frontières européennes et s'étendant bien au-delà de leur période d'activité.

Vu l'intérêt patrimonial considérable de ces 18 instruments, un projet articulé autour de leur sauvegarde, leur étude, leur restauration et leur mise en valeur a été élaboré. Il a été présenté dans le cadre de l'appel à projet « Préservation du Patrimoine artistique en Belgique », un programme d'action en faveur du sauvetage et de la conservation d'éléments importants du patrimoine culturel mobilier belge lancé par la Fondation Roi Baudouin. Un premier financement de 60.000 € du Fonds Baillet Latour a été obtenu.

Le projet Ruckers est mené par Madame Pascale Vandervellen.
Vous pouvez la contacter via ce formulaire ou via +32 2 545 01 48.

Les principaux objectifs du projet

Étude: en dépit de leur valeur, les 18 instruments du mim à la signature des Ruckers n'ont pas encore été étudiés de manière exhaustive. Le mim se propose donc, dans une première phase, de documenter scientifiquement chacun des instruments et de réaliser, aux côtés des examens et prises de mesure traditionnels, des analyses telles que radiographies, scanners, dendrochronologies des tables d'harmonie, analyses des papiers imprimés, des pigments et des liants utilisés sur les surfaces peintes, coupes stratigraphiques, images infrarouges, etc. Les résultats de ces analyses, alliés à la comparaison des instruments avec d'autres Ruckers conservés dans des collections publiques ou privées, enrichiront de manière novatrice et significative les connaissances organologiques actuelles.

Restauration: la deuxième phase du projet vise à restaurer les 18 instruments. Il s'agit de stabiliser leur état matériel d'une part, de clarifier et harmoniser leur état esthétique d'autre part. Certains instruments présentent un décor datant du XVIIIe, voire du XIXe siècle, mais tout ou partie du décor original - le plus souvent constitué de papiers imprimés - est vraisemblablement toujours présent sous la ou les couches picturales. Il y a lieu de décider s'il faut conserver le décor actuel, revenir à un stade antérieur ou à l'état d'origine. Seules les analyses réalisées dans la phase d'étude pourront amener à prendre des décisions raisonnées.

Mise en valeur: il y a lieu de valoriser ce patrimoine ainsi que l'étude et la restauration qui en auront été faites. À l'issue de la restauration, les instruments seront tour à tour exposés dans les salles d'exposition permanente. Le mim souhaite par ailleurs réaliser une publication mettant en valeur l'ensemble du projet.